Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Térhieur


Par les temps qui courent, il est tentant de se risquer à une promenade sur le terrain de la vaccination et de ses origines.

 

Je vous propose une expérience : sur ce terrain, il est intéressant de quitter vos chaussures afin que vous puissiez, pieds nus, les yeux fermés, percevoir l’étrange sensation procurée par le contact des billets de banque répandus au sol comme un gazon. Vert ? Non ça c’était du temps où le cours du dollar crevait le plafond. Donc, si nous nous aventurons de concert sur ce terrain parsemé de billets aux couleurs de l’euro, nous pouvons constater que la vaccination qui rapporte tellement d’argent aux laboratoires semble bien reposer sur une découverte volée, réaménagée de façon opportuniste pour servir la carrière d’un homme dont la France se glorifie quand il apparaît somme toute comme tout à fait malhonnête. A défaut d’avoir été un bon pasteur, Louis semble avoir été un excellent homme d’affaires.
L'histoire est un peu longue et je n'ai extrait que quelques passages significatifs qui méritent d'être lus, peut-être pour avoir envie d'en savoir d'avantage. 


A propos du terrain. 

 Quand Claude Bernard parlait du rôle important joué par la "composition du milieu interne et du pouvoir régulateur de l'organisme" sur le maintien de la santé, il se montrait d'accord avec Bechamp, pour qui la santé parfaite "résulte de la constance et de la régularité du fonctionnement coordonné de tous les organes dont les microzymas sont anatomiquement et physiologiquement sains; car dans l'état de coordination, il faut avoir égard à l'hérédité, aux diathèses, à l'atavisme, qui ont affecté en quelque chose les microzymas propres à l'individu", ce « coefficient individuel » - le « terrain » des homéopathes depuis Hahnemann, qui "augmente ou diminue dans les microzymas la somme d'énergie qui leur fait résister aux causes variées qui déterminent, par le trouble de leur fonctionnement, leur morbidité et, par suite, la maladie ou la mort"; la maladie étant "le résultat synthétique de toute une évolution biologique".

A propos de l'individualité

Ces notions deviennent celles des grands thérapeutes modernes; le Pr. Jean BERNARD ne cesse de répéter : "Tout un courant de recherches médicales est venu démontrer l'individualité de chaque personne humaine. Chacun de nous est profondément différent de ses voisins, de ses frères. La médecine concerne l'homme,
un homme".

Rejoignant ainsi le Pr Jean DAUSSET, Nobel de Médecine 1980 qui, avec ses travaux sur le HLA spécifique de chaque individu, confirme l'unicité de l'identité biologique et prévoit que : "La vaccination des enfants contre toute une série de maladies pourrait être bientôt une pratique du passé." Gageons que pour faire changer cet aspect des choses il y aura fort à faire pour dépasser la résistance des laboratoires et de leurs actionnaires tous criant à l’hérésie.

 Des risques potentiels de la vaccination

En 1950, le savant russe Bochain, et le Pr Harant de Montpellier, "Il est possible que les 2 origines, exogène et endogène, des virus soient un jour justifiées; ainsi, un virus bloqué pourrait devenir un jour agent de mutation."

En 1979, quand Joël de Rosnay de l'Institut Pasteur, après avoir parlé de l'interféron, déclare : "Le malade porterait en lui-même la mini-usine chimique fabriquant le médicament dont il a besoin", ne pourrait-il pas rappeler le microzyma au sens de Béchamp « le microzyma constitue une véritable "petite usine" comportant de nombreux mécanismes pour fabriquer des "enzymes" ou des "zymases" et de nombreux constituants que l'on a commencé à décrire, mais dont beaucoup ne sont pas encore connus". De même, quand Joël de Rosnay ajoute que "grâce aux microbes reprogrammés, il ne serait plus nécessaire d'infester l'organisme avec des microbes tués ou affaiblis." n'a-t-il pas anticipé sur les conclusions du Pr Jean Dausset, et, n'approuve-t-il pas Bechamp sur ses craintes quant aux conséquences à long terme des inoculations préventives ?


 

Le plus grave dans le cas de Pasteur/ Bechamp, n'est pas tant l'histoire d'une fausse paternité et du mensonge organisé de la caste scientiste, affaire somme toute banale car maintes fois réitérée depuis, que la déformation totale de la pensée profonde de Bechamp aboutissant à l'absurdité du dogme vaccinal... Mais à sa forte rentabilité financière.

 

Still cousin d’Antoine Béchamp ?

 Fichier-Antoine_Bechamp.jpeg
Pierre Jacques Antoine Béchamp, né le 15 octobre 1816 à Bassing (Moselle) et mort le 31 mars 1908 à Paris.
Pour plus de détails : http://biogassendi.ifrance.com/editobiofr12bechamp.htm

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article