Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Trickster

Hier mercredi 3 octobre, tant sur France Info que dans les colonnes du Parisien-Aujourd'hui en France était avancé l'idée d'un diplôme comparable à celui de heilpraktiker pour toutes les médecines non conventionnelles pour France info ou médecines douces pour Le Parisien.
Extraits :

Homéopathie, ostéopathie, chiropractie, acupuncture mais aussi hypnose, naturopathie, kinésiologie, aromathérapie… En quelques décennies, les médecines douces appelées aussi médecines non conventionnelles ont conquis les Français : 60% de la population a déjà eu recours à l’homéopathie, certaines complémentaires santé remboursent les séances d’ostéopathie et les consultations en ville de ces médecines alternatives font florès.

 

Les plus reconnues ont même poussé la porte de l’hôpital, où elles complètent certains traitements classiques tant en néonatologie qu’en soins palliatifs ou en consultation antitabac. D’autres prospèrent en dépit de toute réglementation. Se saisissant du sujet hier, le Centre d’analyse stratégique — organisme boîte à idées dépendant du Premier ministre — a émis des propositions pour encadrer ces pratiques. En attendant, voilà quelques pistes pour s’assurer de leur sérieux.

...........

Repérer les praticiens diplômés. Aujourd’hui, tous les homéopathes sont médecins. « Notre pratique a été reconnue par l’ordre des médecins pour la première fois dès 1974 », précise la docteur Dominique Jeulin, présidente du Syndicat des homéopathes de France. Concernant l’acupuncture, les praticiens doivent avoir obtenu un DIU (Diplôme Inter-Universitaire en trois ans d’études) qui les autorise à en faire état en le marquant sur leur plaque, leurs ordonnances et les pages jaunes de l’annuaire. Depuis 2002, la loi Kouchner réglemente la pratique des ostéopathes et des chiropracteurs, formés dans des centres désormais agréés par le ministère de la Santé.

Ceci était suivi d'un encouragement pour le public à se fier aux syndicats professionnels :

Se fier aux syndicats professionnels. Faute de label gouvernemental, les syndicats et les registres professionnels demeurent des sources fiables. Acupuncteurs, homéopathes, ostéopathes, naturopathes ont, en interne, déjà organisé leurs pratiques et séparé le bon grain de l’ivraie. La plupart de ces praticiens se sont regroupés en organisations représentatives, et parfois un simple coup de fil ou la consultation de leur site Internet permet d’obtenir des renseignements sur le sérieux d’un praticien.

Ce qui constitue plutôt une indication positive et une incitation pour les professionnels non répertoriés à intégrer une association ou un syndicat représentatifs.
Bien entendu, impossible d'échapper à la mise en garde contre les dérives sectaires avec le rappel de l'adresse du site www.miviludes.gouv.fr.
Pour le moment il s'agit d'idées émises par  le Centre d’analyse stratégique — organisme boîte à idées dépendant du Premier ministre — dans le but d'encadrer ces pratiques.
Cela ouvre un vaste champs de conséquences sur lesquelles il y aura encore la possibilité de se pencher alors qu'un sauveur se propose venant d'Ibérie... Sinon, rien.
AA

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

picokoa 05/10/2012 10:31

Hum, c'est tout de même rigolo que cette idée sorte dix jours après une mise ne garde solennelle de la part d'un ostéo allemand ...
Il y a dix jours en effet, Johannes Mayer, invité à l'AG du SFDO pour présenter l'OIA, répondant à une question du public, a fait une explication assez intéressante de ce que représente le diplôme
de Heilpraktiker en
Allemagne :
Un examen ECRIT costaud qui teste les connaissances médicales de fonds du prétendant. En gros on s'assure qu'il a les connaissances théoriques pour ne pas faire de c.....ries.
Pas trace d'examen pratique ou clinique
Une fois le test écrit réussi, le Heilpraktiker peut faire ce qu'il veut : chiro, homéo, ostéo, acuponcture, shiatsu, reiki, spiritisme, chamanisme, sexologie..... No limit !

Personnellement je tiens à ma profession : OStéopathe, point !

Le diplôme commun serait un retour en arrière vers la grande époque où nous étions en "soins hors d'un cadre conventionné" dans les pages jaunes, avec en corollaire les appels du genre "est-ce que
vous faites les massages sensuels complets? et c'est combien pour une "totale"?" Merci bien mais non.

Trickster 06/10/2012 20:14



C'est amusant en effet. J'ai pensé que ça pourrait intéresser un certain nombre de personnes promptes à proposer de la formation en plus, pas gratuitement bien entendu, y compris dans certains
centres de formation en ostéopathie.


En principe, les gens formés en ostéopathie sont capable de réaliser un diagnostic d'exclusion ; il se pourrait même dans certains cas que cette capacité soit la qualité la plus importante, tant
le niveau d'expérience clinique peut parfois sembler mince.


Affaire à suivre.