Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Trickster

imgres-copie-27.jpeg

Il était tant qu'elle se décide la grippe, depuis le temps qu'on l'attend. On ne peut plus se fier à personne. Du temps de Roselyne Bachelot, les choses étaient différentes. Et puis avec H1N1, au moins, on avait affaire à un virus qui était censé tenir la route.

H3N2, c'est qui celui là ? Et on ne parle même pas de vaccination. Tout fout le camp vraiment. Voici donc l'information livrée ce jour, 16/02/2012 par Actus Univadis

Début de l'épidémie de grippe, fin de la gastro-entérite

"Nous confirmons le démarrage de l'épidémie au 30 janvier 2012", avec 273 cas pour 100.000 habitants la semaine dernière, indique le réseau Sentinelles de l'Inserm, qui prévoit une nouvelle augmentation du nombre de cas. Le virus H3N2 est très majoritaire et aucune hospitalisation n'a été signalée, précise Le Généraliste. Et si "le seuil épidémique est franchi au niveau national", cinq régions sont particulièrement touchées - l'Auvergne, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes, le Nord-Pas-de-Calais et le Languedoc-Roussillon. La gastro-entérite, qui a touché plus d'1 million de personnes en six semaines, semble terminée avec une semaine au-dessus du seuil épidémique, rapporte Le Figaro. Pour la semaine dernière, le réseau Sentinelles recense 161.000 nouveaux cas de diarrhées aiguës vus en médecine générale, soit 253 cas pour 100.000 habitants. Par ailleurs, la varicelle a une "forte" incidence dans le Nord-Pas-de-Calais, la Bretagne et le Languedoc-Roussillon, et "modérée" en Ile-de-France, Champagne-Ardenne et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

 

On voit que dans cette information il est question de varicelle mais pas de la rougeole dont le vaccin est pourtant en promotion actuellement sur les ondes. Il y a un peu d'incohérence dans tout ça, peut-être un certain manque de préparation pour un ministre de la santé qui a toujours autant de travail.

C'est comme ces ostéopathes qui se multiplient comme des champignons. Le ministère de la santé est gravement compromis dans cette mycose qu'il semble regretter maintenant s'il fallait en croire l'article du nouvel Observateurinvolontairement comique.

C'est dans ce genre de situation qu'il est recommandé de faire de la prévention, en produisant de bons décrets par exemple, en essayant de faire en sorte que les français utilisateurs de l'ostéopathie puissent disposer de professionnels correctement formés par un cursus incluant toutes les données de l'ostéopathie, d'une durée suffisante pour permettre aux étudiants d'acquérir un embryon d'expérience clinique, en les protégeant de l'appât du gain chez tous ces créateurs d'écoles qui, eux aussi, ont poussé comme des champignons après 2007.

Si le ministère de la Santé était une caserne de pompiers, on pourrait dire que les pompiers ont mis le feu, il faudrait qu'il le reconnaisse et qu'il prenne les décisions qui s'imposent sans léser les étudiants qui sont les premières victimes de ce système, sans attenter au droit des patients qui souhaitent avoir recours à l'ostéopathie dans de bonnes conditions de sécurité et d'efficience.

En ces temps d'élection où le président désormais ne vit plus que pour le peuple, on peut espérer encore beaucoup de promesses de la part des uns et des autres.

On a vu ce que nous devions aux uns, attendons de voir ce que l'on peut espérer des autres si les évènements à venir permettent qu'ils aient les moyens de répondre à l'attente de tous ceux qui défendent et soutiennent l'ostéopathie.

 

 

AA



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article