Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Trickster

veau-dor-pt-journal

 

 

 

Ayant relu la "profession de foi du SNOF, j'avoue que je suis vraiment dérangé par une partie de son contenu. N'étant pas un religieux pratiquant,   je suis néanmoins attentif aux mots et à leur sens.

 

S'agissant de l'ostéopathie, je veux bien entendre que l'on puisse engager sa foi, disons plutôt sa confiance, pour rester plus laïque, sur un certain nombre de points qui garantissent la qualité de son engagement.

Engagement pour pratiquer l'ostéopathie, pour protéger cette pratique, et pour faire partager les bénéfices de cette pratique au plus grand nombre.

Au delà du sens religieux, par extension, on appelle profession de foi toute déclaration publique d'un corps de doctrines.

  • Que figure dans ce corps de doctrine l'amélioration du cursus de l'enseignement, c'est bien.
  • Qu'il y apparaisse toute mesure propre à améliorer les conditions d'exercice pour les praticiens c'est bien.
  • Qu'on y proclame la préoccupation de la sécurité du patient, c'est bien, et c'est vraiment la moindre des choses.

 

 D'une façon générale, la profession de foi appliquée à la société laïque,  désigne toute déclaration publique sur l'honneur, d'un individu parlant pour lui-même ou pour un groupe qu'il représente, déclaration par laquelle il s'engage à respecter un certain nombre de principes juridiques et moraux.

En l'occurence, on peut s'attendre à ce que les principes énoncés, quand il s'agit d'ostéopathie, soient éthiques et déontologiques. Que cette déontologie soit qualifiée de transversale comme il semble que c'est la mode, verticale ou même oblique s'il le faut.

Cette profession de foi, qui met en tête de liste, la récupération de la TVA depuis 2005, pour les ostéopathes... pour les ostéopathes, pas pour les patients, j'avoue que cette profession de foi là me dérange.
 

Extrait : "Concernant le dossier TVA, sous l'impulsion de notre avocat, des décisions récentes et des conclusions de rapporteurs publics, laissent présager une issue très favorable à l'action que nous avions initiée en 2005 en faveur des ostéopathes exclusifs. Dans un proche avenir, nous réclamerons que la TVA indûment perçue par l'Etat pendant des années, soit restituée aux ostéopathes."

 

Il y a, là encore, l'impulsion d'un avocat dont le premier des soucis n'est pas l'ostéopathie, c'est clair, c'est écrit. Peut-être faudrait-il que les responsables du SNOF prennent la mesure de l'ombre portée sur leur profession de foi qui, ainsi masquée, n'emporte pas l'adhésion, en tout cas pas la mienne.

S'il ne s'agit que de mon adhésion, ce n'est pas très grave, mais j'ose espérer que je ne suis pas le seul à être choqué par cette présentation. Elle donne, à mon sens, une assez piètre représentation de la motivation des ostéopathes.

Et c'est bien dommage.

 

AA

 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BAMAS Serge 27/12/2010 09:54


Notre syndicat a communiqué sur ses actions menées, pour obtenir une profession spécifique, autonome, pleine et entiére à haut-niveau de formation et de responsabilité, le 14 Octobre 2010 d'abord,
puis ensuite ce 13 Décembre à la veille d'une réunion régionale d'information, tenue à Rennes, qui a regroupé l'ensemble des six organisations actuelles d'ostéopathes.
Je découvre ta réaction au sujet de la TVA, dont le combat t'apparait, mon cher André ANDRIEUX pour le moins secondaire...
Les dizaines, plus sûrement les centaines de confréres qui ont subit les affres de cette TVA apprécieront...
Pour avoir participé à la rédaction de ces communiqués, j'accepte le qualificatif de "profession de foi" et si sur les dix points exposés, qui sont aussi nos convictions, seule la "tva" ne
recueille pas ton agrément, nous sommes heureux d'enregistrer que les autres te conviennent...
Il s'agit pour nous d'un bon score pour une bonne base de travail dans l'intérêt général des ostéopathes, ce qui nous préoccupe par-dessus tout.
Par ailleurs si tu estimes que parler d'argent dans une société chrétienne est malsain...tu t'exposes à beucoup de désillusions.
Pourtant, c'est bien le combat de la TVA qui nous a permis d'obtenir par la voie juridique l"équivalence de l'acte ostéopathique entre un médecin et un ostéopathe" décision CE 16/04/10, capitale
dans la perspective d'obtenir un titre protégé et réservé.
Serge BAMAS
Ostéopathe membre du SNOF
"Enfant de Still" en évolution...


Trickster 27/12/2010 11:58



Ma réaction au sujet de la TVA est une vieille réaction remise au goût du jour par la position apparemment primordiale qu'elle occupe dans la profession de foi du SNOF. Elle est, elle a été, la
pierre d'achoppement pratiquement depuis sa création à partir de janvier 1986, entre deux conceptions pour défendre une pratique. L'une allant vers, et pour atteindre si possible une identité
claire d'ostéopathe et non pas de kinésithérapeute pratiquant l'ostéopathie. L'autre pour échapper à la TVA dans une pratique non réglementée ?


Le choix d'entrer dans le jeu de la TVA, c'était accepter d'être considéré comme des "professionnels à part", défendant l'existence d'une profession différente de toutes les autres jusque dans
les procès pour exercice illégal de la médecine. Ce que tu appelles "les affres de la TVA" je les ai connu depuis janvier 1986, ou plutôt : LES PATIENTS QUE J'AI REÇUS LES ONT CONNU. Il est
étonnant de voir à quel point cet aspect des choses est resté transparent à l'observation de tous les professionnels qui partagent ton opinion. Je me lasse de le rappeler, mais ce sont
les patients qui devraient récupérer la TVA.


Le SOK transformé en SNOK avant de devenir le SNOF a choisi depuis l'origine une attitude ambigüe jusque dans les procès en se réfugiant derrière une pratique dite "ostéopathie douce" qui a sans
doute contribué, avec d'autre éléments, à cette ségrégation aboutissant au titre partagé, cette calamité qui menace vraiment l'avenir de l'ostéopathie.


Je me réjouis néanmoins que le SNOF défende, depuis un passé pas très ancien, une pratique exclusive de l'ostéopathie. Il est plus que temps. Je me réjouis aussi de l'accord enfin rédigé
d'actions coordonnées des différentes association. Là aussi il était plus que temps de recontacter un minimum de bon sens, car il ne s'agit pour l'instant que de bon sens. J'espère que de
l'intelligence s'y ajoutera pour que cet accord soit fructueux non pas pour récupérer de la TVA appartenant aux patients, mais pour permettre à l'ostéopathie de survivre et de se développer dans
de bonnes conditions.


Je t'adresse ô enfant de Still en évolution (comme je le suis aussi) mes cordiales et confraternelles salutations.


Alain ANDRIEUX



Nowar 23/12/2010 12:15


Lorsque la prétendue défense de l'ostéopathie passe par tout autre chose que l'ostéopathie, on peut y entendre que l'ostéopathie n'est pas une priorité.
Ce combat, d'une autre dimension pour une TVA versée, et dès lors utilisée aux meilleures fins par l'état, montre un fait évident:
- Certains n'ont pas compris que la délégation de pouvoir de l'état vers les assujettis ne vise qu'à la tonte maximale d'un seul, à savoir le contribuable.
-Derechef, toute restitution par l'état des sommes perçus par des ex-assujettis, ne peut l'être que contre restitution au payant de ces sommes là, faute de quoi, le délit d'escroquerie est établi,
puisque cette somme indûment payée par le patient ne lui sera pas reversée.
- Cela nous permet de prédire pour les heureux bénéficiaire de ce combat, si, par malheur pour eux,l'issue en était favorable, un regard assidu du fisc pour s'assurer que cette somme indûment
perçue est effectivement rendu.
- Comme nous l'avons tous vécu, la TVA que nous avons versé à l'Etat représentait celle que nos patients nous ont versée défalquée de la TVA que nous avions versée lors de nos achats.
- De ce fait, il faudrait évidemment que les heureux bénéficiaires de cette transaction soient en mesure de réintégrer les dites sommes dans la comptabilité des années en question.
Moralité, cela va faire cher
Avec toute l'expression de mes condoléances
Nowar


Trickster 24/12/2010 18:50



Cher Nowar,


J'ai passé beaucoup de temps à essayer de faire entendre ça par le passé et je pense n'avoir été écouté que par un assez faible pourcentage. Ça semble se vérifier. Mais l'avocat qui plaide ces
dossiers ne sera surement pas perdant. C'est le principal n'est-ce pas ?



Stéphane Berthet 23/12/2010 00:37


Il paraîtrait que Maitre Planchat a débuté une formation en ostéopathie... limitée au thrust des cervicales supérieures sur des ostéopathes en fin de carrière... et sans aucun certificat de non
contre-indication...


Trickster 23/12/2010 11:39



Il serait temps qu'il s'intéresse un peu au sujet pour lequel il s'attache à faire tout et n'importe quoi depuis maintenant un bon nombre d'années. Il faut dire aussi que si' d'aucuns n'étaient
allé le chercher on n'en serait peut-être pas là.


Quant aux patients qu'il pourrait espérer trouver quand il aura fini sa formation, s'il veut en vivre, il va falloir qu'il conserve une autre activité, fiscaliste peut-être...



Mathieu 20/12/2010 23:38


Jean-Louis, il apparaîtrai effectivement comme une "dysfonction ostéopathique" dont tout ostéopathe qui se respecte se doit d'en trouver la cause...Jusqu'où devons-nous aller dans la lésion pour
revenir à la raison?


Jean-Louis 20/12/2010 20:25


Comme tu as raison...

Mais ce qui m'inquiète le plus c'est le communiqué signé par les participants que tu trouveras sur le site de l'UFOF : http://www.osteofrance.com/actualites/media/pdf/ASPdec2010.pdf

Regarde bien les signatures : il n'y a rien qui te choque ? Moi si et beaucoup !


Trickster 21/12/2010 00:17



Je découvre ça un peu tard. Je regarde ça demain tranquillement mais les signatures me dérangent déjà.