Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Térhieur

4052588228_c0f13764f9.jpgLe bon sens est la chose du monde la mieux partagée.

-        

À l’occasion d’une soirée récente organisée autour de la diffusion de quelques séances filmées de l’examen du rachis fait par Robert Maigne, et où j’étais invité en tant qu’ostéopathe sans bien savoir quel serait mon champ de communication, je m’étais fixé comme objectif minimum d’affirmer qu’il fallait faire une différence entre médecine manuelle et ostéopathie.

Après avoir visionné un film sur l’examen du rachis selon Robert Maigne, j’ai été rapidement confronté à la nécessité de rappeler que l’ostéopathie n’avait pas de sens, sortie d’une approche globale du corps humain et que la douleur, si elle était naturellement prise en compte comme motif de consultation, n’était pas non plus un critère déterminant dans l’examen ostéopathique.

Dans le public varié, on trouvait des praticiens du domaine psychothérapeutique, des élèves ou disciples du Docteur Maigne et un médecin qui détenait (au moins) la double casquette de Bobigny et de l’Hôtel Dieu.

Comme il m’avait été demandé un commentaire sur la situation de l’ostéopathie et que j’y avais répondu de façon assez pessimiste en raison de l’application des décrets de 2007, une certaine hostilité que j’avais pressentie chez la dernière personne citée (Bobigny, Hôtel-Dieu) a tenté de s’exprimer dans un discours hostile qui s’efforçait de rester dans la courtoisie. Dans cette intervention, j’ai cru reconnaître aussi de la frustration – «, on n’a jamais prouvé que l’ostéopathie crânienne ou viscérale était efficace » - et ce mélange d’hostilité retenue et de frustration s’est traduit par un discours assez incompréhensible. Que voulait-il dire exactement ? J’étais sur le point de lui poser la question lorsque, sans doute conscient de la relative inintelligibilité de son propos, il s’est interrompu, proposant de se résumer.

En résumé il dit que soigner était une affaire de bon sens ce que je n’ai pu qu’approuver. Le bon sens est une qualité essentielle en ostéopathie.

Mais au fond qu’est ce que le bon sens ? Chacun se souvient sans doute que : « Le bon sens est la chose du monde, la mieux partagée », est une contribution de René Descartes, à nos plus célèbres citations. C’est ainsi qu’il introduit le Discours de la méthode en même temps que le règne futur du rationalisme qui a si fermement installé son pouvoir dans notre société au point d’en faire parfois une véritable dictature.

Cette affirmation sonne comme un coup de trompette au début de la première partie du Discours de la méthode (1637). Il est évident que la suite du texte éclaire grandement le lecteur : par exemple, on peut lire un peu plus loin la définition du bon sens: « la puissance de bien juger, et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on appelle le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes ».

Là où le bât blesse c’est que tous les hommes ne raisonnent pas dans le même champ de référence. La Raison de la médecine n’est pas la Raison de l’ostéopathie tout comme, le bon sens du kinésithérapeute n’est pas celui de l’ostéopathe. C’est bien pourquoi cette notion de titre attribué à des gens qui exercent une profession différente est une absurdité sauf si l’on considère que l’ostéopathie est la « technique qui permet de jouer avec les os » plutôt qu'une médecine qui comprend le corps humain autrement et voit la santé d’une façon différente. La médecine chinoise aussi est différente, comme la médecine ayurvédique et d’autres encore ;  elles n’en constituent pas moins pour autant, chacune à sa façon un art de guérir.

D’une certaine façon, il semble que le travail accompli pour aboutir à la situation que nous connaissons n’a pas servi à grand-chose sur le plan de la compréhension et de la tolérance. Les mêmes murs sont toujours présents et les agréments accordés à cinquante écoles désormais ne sont pas de nature à améliorer la situation. Autrefois  c’est l’existence du phénomène de l’ostéopathie qui était en cause, il en va maintenant de sa survie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patrick Chêne 18/01/2010 12:41


Bravo.... non, non seulement on n'avance nulle part mais j'ai plutôt l'impression que les points de vue se crispent et les ostéopathes n'y sont hélas pas toujours pour rien. Le bon sens .... mais y
a t'il un sens qui est bon pour tous ? est une vraie question dont la réponse est sûrement non. Aussi la réflexion disant rien n'est prouvé etc... n'est qu'un paravent fait pour cacher une peur...
Alors bravo d'être allé au carton, il faut bien y aller parfois, mais après lâchons nous et soignons... le bon sens recommandant que quand on voit le sourire de nos clients nous sachions que nous
sommes sur notre bonne voie...
Bon courage à tous.


Alain Térhieur 18/01/2010 20:09



Merci pour ce commentaire.
Je suis tout à fait d'accord pour dire que la meilleure façon de résister, puisque quelque part, il s'agit de cela, c'est de dispenser nos soins le mieux possible en y mettant toute notre
intelligence et et tout notre cœur.
La dimension du cœur est essentielle et comme on le sait "le cœur a ses raisons que la Raison ignore". Je sens poindre un article très prochain.