Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Trickster

On peut espérer que la plupart des ostéopathes, en tout cas cela me paraît souhaitable, sont en accord avec cet aphorisme déjà énoncé, entre autres, par  Alice Miller qui fait le constat que « Notre corps ne ment jamais. »

Cette évidence, pour les praticiens du corps, était rappelée par Maitre André Cognard les 21 et 22 janvier au château d’Apigné

 

André Cognard est né le 25 mars 1954. Il est le disciple de Kobayashi Hirokazu au coté duquel il a vécu 25 années. Grand maître d’Aïkido, intronisé comme tel par les plus hautes instances de cet art martial au Japon, (8°Dan Japon), il a fait de l’aïkido sa vie. Il a crée en 1982 et dirige l’Académie Autonome d’Aïkido, son école en Europe.(extrait du site de la SOO)

André Cognard

Organisés sous l’égide de la Société des Ostéopathes de l’Ouest (SOO) ces deux journées ont permis à un public de professionnels de découvrir dans un séminaire consacré à la posture, l’éventail des subtilités accessibles par la lecture du corps faite par un maitre en Haïkido, héritier par ailleurs d’un enseignement traditionnel très ancien des moines physionomistes bouddhistes et des moines Yamabushi, regroupé sous le nom de Aïkishintaiso.

Le corps se définit dans l’espace et dans le temps et montre, par la forme qu’il a construite, les influences qu’il a subies depuis la naissance,  au cours de la gestation et, au delà, par ce qu’il a reçu en héritage des générations précédentes.

Il faut distinguer les influences de la famille paternelle de celles de la famille maternelle et observer comment l’individu est en mesure d’intégrer ces informations traversant parfois plusieurs générations pour en faire quelque chose d’unifié.

Il y a dans ce travail de déchiffrage, appliqué au corps, la mise en pratique de très anciens savoirs japonais sous influence du bouddhisme zen, associés  à des notions plus proches dans le temps, et plus occidentales, de psychologie systémique et thérapie familiale.

Ce n’est évidemment pas en si peu de temps que quiconque pourrait prétendre avoir la moindre maitrise d’une connaissance aussi fine et aussi subtile.

 

Mais quelle ouverture d’esprit,  et quel accord avec ce qui nous anime pour une connaissance toujours perfectible de cet autre, toujours changeant qu’est le patient devant nos yeux et au contact de nos mains.

Belle leçon d’humilité, encore, que celle qui consiste à découvrir l’immensité de ce que nous pouvons encore apprendre.

Belle leçon pour nous rappeler l’importance de l’observation, élément indispensable à confronter aux informations recueillies par l’écoute attentive de notre toucher.

Belle leçon enfin, pour ceux qui douteraient encore (comment peuvent-ils faire ?) de l’unité du corps humain, ici et maintenant, mais aussi dans la relation inconsciente que celui-ci entretient avec les lignées paternelle et maternelle.

Ces quelques lignes se veulent un hommage à la très grande disponibilité de maitre André Cognard, assailli de questions mais allant souvent au delà de ce qui lui était demandé, et à la très grande qualité de la pratique qu’il a bien voulu faire vivre à plusieurs participants.

Remerciements aussi à la SOO pour cette belle réussite et toutes celles à venir.

 

AA  

Pour aller plus loin, consulter la bibliographie sur le site de la SOO.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

renaud 23/01/2011 17:36


Merci pour ces mots et merci d'avoir eu l'occasion de partager ensemble ces moments qui, en ce qui me concerne, viennent renforcer les fondations et le socle de l'ostéopathe que je tente de
devenir. Une grande et belle expérience.


Trickster 23/01/2011 18:18



J'ose espérer que le groupe dont il a été question pourra voir le jour car bien entendu je m'y joindrais volontiers.