Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Trickster

Le caractère inique des décrets de mars 2007 aura permis à quelques anciens présidents des associations les plus représentatives de l'ostéopathie en France, à savoir le SFDO (ex AFDO) et L'UFOF, de se rencontrer et de considérer comme une évidence la nécessité de résister à des décrets manifestement créés pour détruire l'ostéopathie sous couvert de la réglementer.

On sait les diverses péripéties qui servent de supports à cette affirmation : la désolante indigence du cursus, la multiplication des agréments aux écoles attribués sans audit, l'absence de numérus clausus, et partant de là la croissance exponentielle du nombre des diplômés dont il est impossible de valider la qualité de la formation.

De plus, dans la période de publication des décrets, il semblait que l'éthique n'avait plus guère de défenseur fiable, après la déplorable prestation du ROF lors de son AG de 2006 à Clermont-Ferrand. Il semblait à la fois nécessaire et légitime de réagir face à cette situation avec l'espoir qu'une réaction sollicitée de la part de chacun, trouverait un écho favorable chez tous les ostéopathes conscients de la situation.

En effet, l'originalité de la démarche consistait à penser que chaque ostéopathe, conscient de la place toute particulière de notre profession (qui n'en est toujours pas une), ressente comme évident que l'éthique est au cœur de notre pratique quotidienne.

Or la qualité éthique d'un praticien n'est pas conférée, contrairement à une idée fausse qui n'a que trop circulé, par l'appartenance à une association qui aurait ce pouvoir de donner la "bonne couleur" comme après une immersion dans le bleu de méthylène.

C'est sans doute une conception rassurante pour beaucoup qui permettait à certains d'affirmer que tous ceux qui n'étaient pas membres du ROF étaient de mauvais ostéopathes. Cela s'est dit, je l'ai entendu, et on voit où cela  a mené.

La démarche individuelle est sans doute la seule qui puisse inspirer une réelle confiance.

Comme le rappelle cette phrase de Henry David Thoreau citée en exergue par le RNOC :

 

« On dit justement qu’une corporation n’a pas de conscience, mais qu’une corporation faite d’êtres consciencieux est une corporation douée d’une conscience »      H.D.Thoreau

 

Le RNOC a été plus ou moins accusé de créer une source de division de plus, accusation qui a probablement fait long feu vue l'absence totale de polémique dans laquelle s'est cantonné le RNOC. Il n'a pas cherché à s'infiltrer dans les querelles allant toujours bon train au sein des associations, pas plus que dans les révolutions de palais servant à renverser le calife, ou à reprendre le pouvoir perdu. Il n'a fait qu'observer l'acharnement des uns à dénigrer, des autres à déposer des recours ici et là pour les résultats calamiteux qu'on sait, quand de fragiles succès avaient été obtenus avec peine, pour une amélioration de la situation de l'enseignement.

On peut donc penser qu'une certaine lassitude aurait dû gagner ceux qui animent le RNOC. 

A la lecture du texte publié sur le site du RNOC, il semble que tout ce qui précède, leur a permis de poser les bases incontournables, sur lesquelles la survie de l'ostéopathie en France peut, peut-être encore se gagner.

 

AA

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nowar 15/02/2011 19:33


Qu'il est bon d'entendre les sages s'exprimer. Hélas, me semble-t-il, nous sommes dans les titres.
Ne serait-ce pas mettre la charrue avant les boeufs?
Qu'en est-il de l'ostéopathie, simple technicité comme le soustendent les décrets ou véritablement médecine 'alternative' dont, comme le disait si justement le bon docteur Still, la maison est si
petite qu'elle ne peut accueillir d'autre pratique?
Quelle concience en ont nos contemporains, ceux qui luttent, sans espoir, à l'appropriation d'un droit d'user un titre que les bonnes volontés revendicatrices (snof, snof) éliment comme peau de
chagrin?
Nowar


Trickster 19/02/2011 14:42



Je crois pouvoir dire qu'il faut refaire l'attelage complètement. Les bœufs, la charrue et peut être aussi les laboureurs ce qui n'a rien d'évident bien sûr mais je crois qu'il n'y a pas grand
chose à attendre ni des quarts de mesures ni même des demi-mesures.


Quant au bon Docteur, espérons qu'il ne peut pas voir tout ce qui se passe dansz sa maison.