Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Trickster

      Après le douste et le constat navrant de ce qui se dessine, sous l'ombre d'un douste, comme l'exploitation mercantile des études de quelques métiers de santé en général et de l'ostéopathie en particulier, c'est avec la plus grande logique qu'un commentaire de notre ami "PP" pose la question : que peut-on faire ?

"Il n'y a pas de douste, certains ont les dents bien longues pour croquer dans ce bon gâteau, mais est-il infecté ? face à ces dérives, allons nous devenir complètement Blasy ? Quel est le remède ? il faudrait peut-être un bon vaccin pour nous sauver de ce virus contagieux, mais sa contamination est déjà bien avancée...notre immunité est-elle suffisante pour déclencher une crise d'élimination ? "*

lueur-d-espoir_940x705.jpgEn effet nous sommes indignés de voir l'ostéopathie et son enseignement réduits à une promesse de profits mais pouvons nous espérer changer quelque chose à cet état de fait ? Que pouvons nous faire au moins pour ralentir une évolution qui semble devenue inexorable ? Il y a déjà bon nombre d'années que certains, plus intéressés par le filon que représente l'enseignement de l'ostéopathie que par l'ostéopathie elle-même, ont ouvert leurs entreprises, fortement encouragés par les décrets de 2007. Quand on lit le CV de Monsieur Martin Hubert directeur de Novétude Santé, on comprend vite que la notion d'enseignement de maitre à élève est quelque peu dépassée par celle de Business Plan et autre "Marketting Story"ou Business Management.

Il est assez clair que tout cela "c'est effectivement du business", et par les temps qui courent, il y a sans doute bon nombre de personnes que cela ne choquent pas le moins du monde.

MARTIN HUBERT 

Directeur de Novétude Santé                                    

 Diplômé de l’Ecole centrale de Paris, option économie, en 1992, puis de Sciences po Paris un an plus tard, Martin Hubert va d’abord orienter sa carrière vers le monde de l’entreprise. D’octobre 1993 à juin 2004, il est directeur de l'activité Websphere Software chez IBM, puis directeur général adjoint du groupe VIVEO les quatre années suivantes. Il est également consultant de 1993 à 1999. Directeur général de VBF Consulting de février 2008 à février 2010, Martin Hubert devient ensuite directeur général délégué du groupe GECI, spécialisé dans l’ingénierie et la construction aéronautiques, poste qu'il occupe de juin 2010 à septembre 2013. Depuis 2003, il est également vacataire à HEC sur le thème du Business Management. 

 Biographie mise à jour en décembre 2013.

 

 

 

 

 

 

152265-hubert-martin-novetude-sante-nb-160x160.jpg

 

 

 

 

 

 

 

A ce moment de la réflexion, on a envie de se tourner vers les étudiants en leur demandant s'ils sont bien conscients de la situation.

Il faut aussi leur demander ce qui a motivé leur choix pour ces études ?

La "mode" ou disons la médiatisation par toute sorte de canaux ? Le barrage d'une première année de médecine ratée ? Un choix par défaut parce que rien d'autre ne les attirait? La promesse de revenus au dessus de la moyenne ? Ou bien encore l'émerveillement de résultats obtenus sur eux ou sur des proches lorsqu'ils étaient enfants ou adolescents ? Ou bien pourquoi pas, une forme de vocation soutenue par l'envie de "s'occuper des autres" ?

Les possibilités sont nombreuses mais toutes ne sont probablement pas porteuses des mêmes espoirs.

Indépendemment du problème que représente le surnombre de diplômes déjà délivrés, il faut être conscient que l'ostéopathie est exigente, non pas celle qu'on vous vend, mais celle que vous aurez à pratiquer au quotidien. Et cette exigence ne sera pas seulement de faire le tour des contre indications menant à un diagnostic d'exclusion mais d'apporter à chaque patient ce qu'il est venu chercher : une aide véritable qui le prendra en charge dans sa globalité en mettant en valeur la capacité de son corps à "l'auto-réparation" et sa capacité d'amorcer un retour vers la santé. Soyez conscients que ce n'est pas à vous de décider de ce qui convient pour tel ou tel patient, même si ce n'est pas ce que vous avez entendu au cours de vos études, c'est le corps du patient qui va vous le dire  à condition que vous sachiez l'interroger et que vous preniez le temps d'écouter la réponse. C'est simple, mais pas facile. C'est à ce prix que l'ostéopathie est passionnante et tellement gratifiante lorsque les merveilles de la nature sont en action.

L'ostéopathie, c'est un métier pour la vie.

Qu'il soit bien clair que ces quelques lignes ne sont pas une tentative de découragement adressée aux étudiants. Elle est tout au plus une tentative d'information et un encouragement à la lucidité.

Méfiez vous de tout ce qui brille, demandez vous par exemple,  pourquoi, ou comment, à votre choix, dans l'organigramme de Novétude Santé, au paragraphe "Les directeurs d'écoles" n'apparait en tout et pour tout qu'un seul ostéopathe pour 7 établissements.

Cherchez l'erreur.

 

AA

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PP 17/04/2014 17:21

Merci l'ami AA, pour la publication de mon dernier commentaire.Indignés certainement ,avec également ce sentiment d'avoir été abusé par cette mode opportuniste qui séduit nos gosses de riches et la
cohorte de requins qui s'en nourrissent...Passée la rage de vivre,il conviendra à ceux qui sont droit dans leurs bottes de continuer à avancer sur ce chemin qui est loin d'être celui de la
facilité.La vérité, disait un maître Chinois, n'est ni comme ceci,ni comme cela,elle ressemble plutôt à l'image d'un chien qui se rapproche d'une gamelle d'huile bouillante,il est en même temps
attiré par sa douce saveur et repoussé par le risque de se brûler...

Trickster 15/05/2014 19:26



Ah ! la vérité mon bon PP, ce dont on peut être sûr c'est que ce n'est pas de la tarte, c'est déjà ça. Après si on est heureux dans la pratique de ce qu'on croit qu'elle est c'est pas si mal.


J'ai l'impression que là, vient de sourdre une pensée profonde.